NACIOUN GARDIANO


                     La NACIOUN  GARDIANO           Fondée en 1904

 
La nacioun Gardiano a pour vocation, depuis sa fondation, de maintenir et de glorifier le costume, les us et les traditions du pays d'Arles, de la Camargue et des pays taurins, de poursuivre l'épanouissement de la langue d'Oc, de propager la doctrine félibréenne contenue dans l' oeuvre de Frédéric Mistral et de ses disciples. (Article 1er des Statuts).
  Elle se veut l'un des vecteurs de transmission de notre culture.

  


 

Fondation de la Nacioun Gardiano

Les premières bases de la Nacioun Gardiano sont établies dès l'été 1904:
Le 4 avril 1904,Frédéric Mistral organise sa deuxième "Festo Vierginenco" et Folco de Baroncelli est séduit par cette fête. Il pense qu'il peut être le ferment d'une action d'envergure. A la demande de Mistral, il participe à la réalisation du programme en associant les gardians à ces festivités (abrivado, présents pour les jeunes filles prenant le ruban pour la première fois,course de taureaux, jeux équestres...).

Quelques temps plus tard, certain de pouvoir apporter sa contribution à l'oeuvre de Mistral, Baroncelli et quelques amis créent le "Coumitat Vierginien", le 24 Juin 1904 jour de la St.Jean, au mas de l'Amarèu aux Saintes Maries de la Mer.

Les membres fondateurs sont au nombre de dix :
Jules Grand de Marsillargues en est le capitaine,
Jean Grand de Gallargues, secrétaire,
Jean Berard de Gallargue, trésorier,
Folco de Baroncelli
Marcel Grand,
Jules Arnaud,
Docteur Marignan
Henri Bérard,
Alphonse Hebrard,
 Ivan Pranishnikoff.

 

Leur objectif est de : "Réunir les hommes pour sauver la race, et à terme, le Pays".

Mistral a axé son action sur l'utilisation, la codification et la pérénisation de la langue d'Oc par son oeuvre littéraire, ainsi que sur la maintenance des us et des coutumes de ce pays. Baroncelli et ses amis décident de porter leur action sur la "race des Hommes", des taureaux et des chevaux. Ils veulent faire une Nation Camarguaise. Ils reprennent pour cela la pensée de Mistral:

                                                                 "Une langue, un peuple, un idéal" 

Le taureau est un moyen de réunir, d'unir le peuple. Le cheval, compagnon de labeur et de loisirs est associé à cette action. Les hommes se rassemblent autour d'un drapeau où :
d'un côté, figure la barque des Saintes Maries de la Mer,
surmontée de l'étoile aux sept rayons du Felibrige,
                                                                                                                        

de l'autre côté se trouve la croix sang et or du Languedoc
et le cri de guerre des Albigeois:
"  Toulouso, (Prouvenço) e Avignoun"

                                                                                                                                  

La bannière est nouée à l'outil de travail : la hampe du "ferri" (trident).

Le marquis donnait déjà, à l'occasion de la St Pierre (fête des pécheurs), une course de taureaux et faisait bénir ses chevaux, selon l'usage des santains. " Lou Coumita Vierginien" choisit ce jour là pour célébrer sa "Fèsto vierginenco".

Les années difficiles qui suivent (troubles politiques, révolte paysanne,...) n'altèrent pas la volonté de Baroncelli. Folco, devenu "lou Marquès", tente de maintenir le bel idéal : réconcilier ce peuple avec ses traditions vivantes, ses moeurs et sa langue, et propager la doctrine félibréenne.

L' association est déclarée au journal officiel le 16 Septembre 1909 sous son nouveau nom.
 C'est donc le 16 septembre 1909 que naît officiellement la Nacioun Gardiano, remplaçant le "Coumitat Vierginien" dissout.
Le conseil des membres fondateurs reste le même. Le siège social de la Nacioun sera aux Saintes Maries de la Mer.

Manadiers, gardians, félibres, artistes, paysans,... viennent se grouper autour de son étendard. Le marquis, ses fidèles, la "nacioun" apparaissent comme une nécessité face aux dangers qui menacent l'Homme et sa terre.

     1ère carte de membre      




Quelques combats particuliers de la Nacioun Gardiano :
                         En 1928, la Nacioun à largement contribué à faire échouer un projet d'abaissement des eaux du Vaccarès.
                         En 1934, la nacioun impose le passage souterrain de la ligne téléphonique du phare de la Gachole.
                         En 1949, la Nacioun renouvelle l'appel de la "Confédération Méridionale"de 1928 en faveur d'un Parc National Camarguais dans les                                 parties les plus caractéristiques du delta.
    Au fil des années,de la levée des tridents aux rassemblements de Beaucaire et d'Arles,la nacioun participe aux actions de défense de ses ideaux.

              Organisation de la Nacioun

La Nacioun Gardiano est conduite par un conseil. Il est réuni au moins deux fois par an, pour régler les affaires courantes, préparer les activités et l'Acampado tenue en lengo nostro au mois de mars.

Composition du conseil actuel : 

Capitaine:                     Chaptal Guy
Trésorier :                    Bouis Jean-Luc
Trésorier adjoint :     Guiraud Daniel
Secrétaire :                   Bourneton Guy
Secretaire adjoint :    Mauget André

Conseillers et assesseurs
Rio Odile, de Brion Hélène,Chaptal Maguelone, Erruz Anne-Marie,Rozières Sandrine, Aubanel Pierre, Aubanel Bérenger , Blayrat Régis, Brun Gabrièl, Chaptal Vincent, Chazot Jean-Pierre, Combette Jean-Marie, Dumas Remi,  Dumas Luc, Dupuis Bruno,  Fourmaud Frédéric,  Paul Franck, Giboulet Florent, Girardet Lucien, Guillaume Jean-Claude, Hyacinthe Bernard, Hyacinthe Nicolas, Lallemand Michel, Michel Philippe, Manaud Hubert, Nuris Serge,  Papel Jacques, Ravaille Pierre , Pecoul Jean-Michel, Guiraud Germain, Rouquairol Arnaud, Luchesi Jean.